LE SITE

Le projet SEMEUR s’ancre dans la Métropole du Grand Lyon, et en particulier sur la commune de Saint-Fons, au sud.

© Métropole de Lyon – Thierry Fournier.

La ville de Saint-Fons, d’une superficie de 6,1 km², compte seulement 15 % de canopée : elle est une des communes de la métropole la moins bien dotée en espaces verts et représente un territoire prioritaire pour les actions de végétalisation et pour le mise en œuvre du plan Canopée, lancé en 2018 et dans lequel le projet SEMEUR s’insère. Lutte contre les îlots de chaleur urbains, création d’espaces verts, développement local de la filière paysage (et les emplois qui en découlent), intensifier la participation citoyenne font partie des enjeux majeurs de ce plan.

© Métropole de Lyon – Hind Nait-Barka.

Chiffres clés de la commune de Saint-Fons

  • 18 219 habitants (Insee, 2015)
  • Densité de population : 2 881,7 hab. au km²
  • Superficie : 6,1 km² environ
  • 4 quartiers : centre-ville, Carnot-Parmentier, Arsenal, Les Clochettes.
  • 5 communes limitrophes : Lyon (7e, 8e au nord) Vénissieux à l’est, Feyzin et Irigny au sud, Pierre-Bénite à l’ouest.

Source : Ville de Saint-Fons.

Saint-Fons et Feyzin subissent régulièrement des nuisances olfactives et sonores, en raison principalement de l’implantation d’industries et d’infrastructures de transport majeures. Les gênes occasionnées participent d’une situation sociale, environnementale et sanitaire défavorable et défavorisée (par exemple, 40 % des jeunes de Saint-Fons sont demandeurs d’emploi). Saint-Fons est un effet une commune enclavée par les infrastructures de transport et leurs emprises (ILTe), qui coupent les habitent du Rhône (par l’autoroute A7), des espaces agricoles (par la départementale D301) ainsi que du centre de l’agglomération lyonnaise (boulevard périphérique D383).

Avant le projet de renaturation. © Métropole de Lyon – Hind Nait-Barka.
Après le projet de renaturation. © Métropole de Lyon – Hind Nait-Barka.

Le projet « Anneau des parcs », qui se déploie dans le quartier des Minguettes et dans le sud de Saint-Fons, se concentre, en lien avec le plan Canopée, sur les trames vertes et bleues, celles-ci étant peu connectées aux espaces de nature. Les enjeux socio-économiques et environnementaux à Saint-Fons ainsi que les impacts des ILTe font de ce territoire un site d’expérimentation idéal pour concevoir la déclinaison des actions du plan Canopée en faveur de la transformation du paysage et de la contribution des ILTe à la végétalisation d’un territoire.

Dans ce contexte, le projet SEMEUR se focalise sur la capacité des ILTe (réseaux routiers, ferroviaires, trams, souterrains et aériens [eau, électricité, gaz] et fluviaux) à accueillir et à maintenir des services écosystémiques urbains par une restauration écologique de sols. Il explore la façon dont les connaissances, les préférences, les perceptions et les valeurs des parties prenantes sont intégrées dans les évaluations socio-écologiques d’un territoire modifié par les ILTe.

Le projet analyse l’offre et la demande des services écosystémiques d’un site expérimental afin d’inciter les ILTe à contribuer à la restauration écologique d’un territoire. Il fait également contribuer les parties prenantes au début du processus des évaluations des services écosystémiques, tandis qu’il intègre la participation citoyenne par l’analyse des préférences paysagères de la végétalisation des ILTe.

Le texte ci-dessus est en partie extrait de la présentation du projet, datée du 14 septembre 2020.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search